Leroux Bontemps

Le site d'information de la Maison Bontemps

L’acte de confirmation de noblesse

Acte de Noblesse de la Maison Bontemps

Acte de confirmation de Noblesse de la Maison Bontemps

L’acte de reconnaissance de Noblesse, établi par Louis XIV, reconnait une transmission de la noblesse tant par les hommes que par les femmes. Ce privilège a été reconnu par la Cour des Aides le 9 juin 1665 lors de l’enregistrement de l’acte et permet, ainsi une dérogation à la règle de la loi salique : le titre est transmissible en premier lieu dans toutes les lignes masculines et, à défaut d’héritier masculin dans l’une de ces lignes, à l’aîné des descendants, masculin ou féminin, de la première ligne féminine. Le roi étant la seul autorité souveraine à « faire et défaire » les noblesses, cette règle s’applique de plein droit.

Lettre de confirmation de noblesse d’Alexandre, Anne et Marie Bontemps
Vérification le 9 juin 1665 – Enregistrement Cour des Aydes de Paris

Louis par la grace de Dieu Roy de France et de Navarre
Atous présent et advenir Salut, scavoir faisons que pour la singulière recommandation que nous aurions eu des bonnes et louables qualitéz qui estoient en la personne de notre cher et bien aimé Jean Baptiste Bontemps l’un de noz premiers valetz de chambre et en considération des tesmoignages d’affection et de fidélité qu’il avoit renduz par l’espace de près de trente ans au service du feu roy nostre très honnoré seigneur et père de glorieuse mémoire auquel il en avoit donné des preuves de toutes certaines.par ses soingz son assistance et services et les fatigues extraordinaires qu’il avoit soufferts en tous les voyages qu’il avoit faicts depuis l’année mil six cent vingt deux jusqu’au jour du décédz de nostre dict deffunt seigneur et père spécialement aux sièges de La Rochelle, Suze, St-Jean de Morienne et Perpignan et en tous lesdictz  voyages, et nous ayant ledict feu Bontemps depuis la per-
te que nous aurions faicte de ce grand monarque continue ses services avec tant de fidélité assiduité et affection que nous en aurions en tout subjet d’une entière satisfaction. Nous aurions pour ces causes et autres bonnes considérations annobly ledit feu Bontemps et décoré du tiltre et qualité de noble et voulu qu’il fut tenu et réputé pour noble ensemble ses enfants, postérité et lignée tant masles que femelles naiz et à naistre en loyal mariage par nos lettres patentes du mois de janvier mil six cent cinquante registrées en nostre cour des Aydes à Paris
Le vingt un juin mil six cent cinquante et un et estant ledict Bontemps décéddé à nostre service dans l’exercice de sadicte charge le huitième may mil six cent cinquante neuf, nostre cher et bien aimé Alexandre Bontemps son fils receu en survivance en icelle charge dès l’année mil six cent cinquante deux nous auroit continué ses services avec le mesme zèle fidélité assiduité et affection que son dict déffunt père mais d’autant que par nostre déclaration du mois de septembre de l’année dernière seize cent soixante quatre nous avons révoqué toutes lettres de noblesse accordées depuis le premier janvier mil six cent trente jusqu’à présent nous réservant toutefois de confirmer ceux qui pour services signaléz dans nos armées ou autres emplois importants ont obtenu le tiltre de noblesse. Ledict Bontemps nous a très humblement supplié et requis attendu ce que dessus et que ladicte noblesse a esté par
nous accordée à sondict deffunt père et à sa postérité et lignée en recognaissance de services lesquels il désire de sa part de nous continuer jusqu’à la fin de ses jours de luy vouloir octroyer nos lettres de confirmation desdictes lettres d’annoblissement sur ce nécessaires.
Aces causes de nostre grâce spécialle plaine puissance et autorité royale avonslesdictes lettres d’annoblissement accordées audict deffunt père dudict Bontemps au dict mois de janvier mil six cent cinquante confirmé et confirmons par ces présentes signées de nostre main voulons et nous plaist qu’elles soient et demeurent exécutées de poinct en point selon leur forme et teneur.
Ordonnons en mandement à noz ainéz et féaux conseillers les gens tenant nostre dicte Cour des Aydes à Paris que ces présentes nos lettres de confirmation de noblesse ils fairent registrer sans nouveaux fraiz ainsi qu’il est porté par nostre dicte déclaration du mois de septembre dernier purement et simplement et du contenu en icelle faire jouir et user ledict Bontemps et Anne et Marie Bontemps ses sœurs mariées, scavoir ladicte Anne à Charles de Beaulieu, marquis de Bothomas et la dicte Marie Bontemps à Nicolas Le Cordier, Sieur Dutront, Président de nostre chambre des Comptes de Normandie et leurs enfants postérité et lignée naiz ou à naistre en loyal mariage sans souffrir qu’il leur soit donné aucun trouble ni empeschement au contraire.
Car tel est nostre plaisir et affin que ce soit chose ferme et stable à toujours nous avons faict mettre nostre scel à cesdictes présentes sauf en autres choses ni autre droit et en toutes.
Donné en St-Germain en Laye au mois d’avril l’an de grace mil six cent soixante cinq et de nostre règne le vingt deuxième, signé Louis et sur le reply par le Roy et à costé visé et signé.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :